Section de Marne et Chantereine

Section de Marne et Chantereine
Accueil
 

Appel du collectif santé de Marne-et-Chantereine

25 novembre - violences sexuelles et sexistes, la société doit changer

L'agenda



 
 
 

SDRIF : intervention de Luc Darloy au conseil communautaire

L'intervention de Luc Darloy pour le groupe communiste au conseil communautaire de Marne-et-Chantereine.

 

Monsieur le Président, chers collègues,

Chacun peut se réjouir qu’enfin soit levé le blocage qui empêchait que le processus d’approbation du nouveau SDRIF aille jusqu’au bout et qu’ainsi le débat démocratique sur son contenu puisse  se poursuivre.

Il s’agit d‘un document important pour la Région, pour le territoire de notre agglomération et de nos communes d’autant plus que l’avis que nous allons émettre peut peser sur le contenu du document que le Conseil régional devrait arrêter prochainement et que l’intégration des projets du Grand Paris dans le SDRIF nous renvoie également au contenu du projet de contrat de développement territorial concernant particulièrement CHELLES et VAIRES.

C’est donc aujourd’hui que nous pouvons par notre avis affirmer nos accords mais aussi nos désaccords et nos exigences. Nous ne pouvons à ce sujet que regretter qu’une nouvelle fois les commissions de notre conseil n’aient pas été réunies pour préparer la réunion de ce soir.

Sur la base des quelques documents mis à notre disposition nous partageons l’idée proposée d’un rapprochement de notre territoire avec le territoire d’intérêt métropolitain de la Vallée de la Marne,  on peut d’ailleurs que s’étonner  que la rive droite de la Marne en soit exclue entre Chelles et Meaux, mais nous pensons aussi utile de réfléchir au lien avec les autres secteurs comme celui de ROISSY. Si l’adhésion de Villeparisis à notre communauté se réalise, cela semble d’autant plus nécessaire.

Nous prenons acte positivement que le triage soit représenté dans le document en tant que site multimodal d’intérêt régional, intérêt confirmé par le document du PDUIF arrêté par la Région. Il en est de même pour le site logistique d’intérêt  local du port de Gournay. Concernant le triage cela veut dire qu’il convient de s’assurer qu’aucun projet de densification en matière de logement ou d’activité ne remette en cause la vocation affichée.

Nous devons en revanche malheureusement déduire,  de la rédaction de la proposition d’avis que le prolongement d’EOLE à MEAUX, inscrit dans le SDRIF arrêté en 2007, ne figure plus dans le document qui nous est soumis. Vous venez d’ailleurs de nous le confirmer. Il s’agit là d’un recul inadmissible que tant les évolutions démographiques  et que celles des déplacements ne justifient pas. Qu’en est-il également du projet de la Méridienne facilitant les déplacements entre Roissy, la vallée de Marne et Melun ?

 

Dans ces conditions nous considérons que le projet d’avis est insuffisant et non cohérent en particulier avec la demande d’élargissement du périmètre de la Vallée de Marne.

Il nous semble indispensable de faire figurer dans les points de convergence  le fait que le triage soit retenu comme site multimodal d’intérêt général pour une logistique écologique s’appuyant sur le fret ferroviaire qui pourrait répondre aux besoins régionaux de l’agglomération dans  ce secteur dense de la Vallée de la Marne et donc à ceux de notre territoire. Engageons avec la Région les actions nécessaires allant dans  ce sens. C’est le moment de l’affirmer au moment où la crise du trafic marchandise appelle des positionnements nouveaux de la part de l’Etat, de la SNCF, y compris en ce qui concerne les wagons isolés et le triage.

Affirmons également le souhait, exprimé dans les campagnes électorales d’améliorer les liaisons vers MELUN avec le projet de la Méridienne

Enfin exprimons plus fortement notre exigence de voir maintenu le prolongement d’EOLE jusqu’à MEAUX permettant d’irriguer cette partie de la vallée de Marne avec maintien de trains directs, comme cela est prévu à l’ouest vers Mantes la jolie et non une solution jusqu’à LAGNY qui reviendrait à accepter le prolongement des omnibus en partageant également ce que viennent de dire nos collègue sur le besoin de ce prolongement pour mieux desservir l’hôpital de Jossigny. Ces raisons sont plus fortes que de souhaiter un prolongement limité pour que la gare de Vaires serve de simple déversoir du « trop-plein « de la gare de Chelles.

Si nous ne faisons pas cela rien ne se passera d’ici 2030. C’est bien aujourd’hui que nous devons faire part de nos exigences pour répondre aux besoins et permettre un développement territoire durable de la Région et de notre territoire s’inscrivant dans le projet d’écorégion.

Donnons par notre avis les moyens à nos conseillers et conseillères régionales du cru, pardonnez-moi cette expression, de défendre les  intérêts de nos habitants.

Notre vote dépendra  donc de la prise en compte ou non de nos propositions en regrettant que les conditions de saisie de notre conseil évoquées précédemment nous obligent à procéder de cette façon.

Je vous remercie.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.