Section de Marne et Chantereine

Section de Marne et Chantereine
Accueil

L'avenir du triage en débat au conseil communautaire du 30 juin 2010

.
 
 
 
 

 

Le mercredi 30 juin 2010, le conseil communautaire de Marne & Chantereine examinait une délibération visant à créer une ZAC en vue de mener à bien le projet d'éco-quartier Casterman.

Le groupe communiste a exprimé une fois de plus ses inquiétudes sur le périmètre final de cette ZAC (voir déclaration ci-dessous). Un courrier a également été adressé à Jean-Jacques Marion, Président de la communauté d'agglomération de Marne & Chantereine (voir plus bas).

A l'issue des débats, les demandes formulées par le groupe communiste n'auront pas été prise en compte. C'est donc avec regret, s'agissant d'un projet dont les élus communistes eux-mêmes ont favorisé l'émergence, que le groupe a voté contre la création de la ZAC. La délibération a toutefois été adoptée.

Un courrier a également été envoyé au Président de la communauté d'agglomération de Marne & Chantereine.

 

Intervention de Frank Mouly au nom des élus communistes de Marne & Chantereine

Monsieur le Président,

Le groupe communiste avait eu l'occasion, par la voix de notre collègue Luc Darloy lors du conseil communautaire du 22 mai dernier, de faire part de nos inquiétudes sur le périmètre projeté et notamment l'impact des projets d'extension de l'éco-quartier Casterman sur l'avenir du triage de Chelles-Vaires, triage dont les contours seraient très sensiblement réduits dans sa partie nord, en témoigne les documents produits au sein de la commission Aménagement de l'espace et habitat, documents ayant même pu être présentés en réunion publique.

Au préalable, je veux faire trois remarques sur l'état d'esprit qui anime notre groupe sur ce sujet :

  • première remarque : la démarche de notre groupe ne consiste pas à faire le choix du statu quo sur le site du triage et encore moins celui du retour au passé. Nous ne nous inscrivons pas dans une démarche nostalgique mais au contraire, nos propositions entendent contribuer à inscrire ce site dans une perspective d'avenir, faisant évoluer sa vocation en fonction de besoins et d'aspirations montantes : l'écologie, la qualité de vie et le développement économique.

  • seconde remarque : au regard du l'ampleur du site même, des enjeux pour notre territoire, il nous semble indispensable qu'un débat de grande envergure puisse avoir lieu, impliquer nos instances participatives et permettre à la population de s'approprier les enjeux. La transparence la plus grande devrait être de mise, et toute précipitation sur un sujet si décisif serait particulièrement préjudiciable alors même que nous nous inscrivons dans le temps long, celui du développement durable.

  • troisième remarque : constater le manque de volonté tant du gouvernement que de la SNCF et de RFF en matière de développement du fret, constat que nous pouvons partager, ne doit pas nous conduire à en prendre simplement acte pour, tout en le regrettant, accompagner cette politique de repli et de casse du fret. Ce n'est pas notre conception du rôle et des responsabilités qui nous ont été confiées.

Ceci étant posé, je veux revenir sur les questions que nous avions soulevées.

La préoccupation environnementale semble devoir faire l'objet d'un consensus apparent. Apparent, car au delà de la communication qui fait qu'aujourd'hui tous les projets ou produits deviennent éco quelque chose, la préoccupation environnementale passe bien souvent par des engagements moins vendeurs ou consensuels que la promotion du compostage, celle des éco-gestes, ou de prairies fleuries. Nous affirmons ici que la défense du triage de Chelles-Vaires constitue un enjeu environnemental de première importance.

Dès lors, nous voulons souligner l'extraordinaire paradoxe qui consisterait à amputer de manière décisive un site aussi stratégique que le triage de Chelles-Vaires au nom même du développement durable. A l'heure où l'on parle du Grand Paris comme de la métropole de l'après Kyoto, l'existence d'un site sans équivalent dans l'est parisien, capable d'accueillir et de développer des activités diversifiées liées au fret ferré est une opportunité formidable. Pour notre communauté d'agglomération comme au niveau régional sinon national. Je veux en donner quelques exemples :

En recul ces dernières années sous la pression des politiques libérales, le wagon isolé constitue en effet une alternative crédible et complémentaire à la route. Cette idée fait son chemin, par exemple en Allemagne ou il fait l'objet d'une promotion nouvelle. La commission européenne, elle-même peu suspecte d'éco-bolchévisme, semble se préoccuper, non sans réticences, de développer des mesures de soutien au wagon isolé. Or, chacun de nous doit savoir que la suppression du triage nord interdirait définitivement toute activité de triage et donc un nouvel essor pour le wagon isolé. Elle jetterait au contraire encore un peu plus de camions sur les routes franciliennes, et notamment celles de notre département.

Autre perspective, le développement sur le site de Chelles-Vaires d'une plate-forme logistique urbaine, telle qu'évoquée, certes sans grande précision à ce stade, dans les projets du Grand Paris. Tout cela pourrait concourir à créer des liens avec le pôle « d'excellence » de la Cité Descartes et ses unités de recherche. Combien d'activités nouvelles, liées à l'approvisionnement par le fer, par exemple des grandes surfaces commerciales de notre territoire, et combinées à des modes d'acheminement non-polluants pour le dernier kilomètre, pourraient ainsi être envisagées et développées. N'y a-t-il pas ici des expérimentations nouvelles à mener et qu'un site comme le nôtre, profondément rénové et harmonieusement inséré dans notre paysage urbain, pourrait accueillir au bénéfice direct des populations de Marne & Chantereine comme de celles de l'est francilien ?

D'autres perspectives méritent également attention, notamment des complémentarités avec le réseau fluvial, puisque nous avons la chance de disposer d'un accès direct au canal de Chelles à Vaires depuis le site du triage.

Bref, vous conviendrez que ces perspectives nouvelles ne devraient pas nourrir la résignation sur l'avenir de ce site. Elles devraient au contraire aiguiser les imaginations, susciter de l'enthousiasme, et l'énergie requise notamment pour :

  1. que notre conseil s'engage de manière claire en faveur du maintien du site ferroviaire et de son activité, engagement consubstantiel à celui de la création d'un éco-quartier.

  2. la mise en place d'un dispositif de concertation en vue d'élaborer des propositions concernant l'avenir du site. La population elle-même, saisie et sensibilisée à ces enjeux serait un point d'appui important pour faire entendre cette exigence.

  3. engager des démarches et interventions auprès de l'Etat, de la région (nous avons pris note de la récente déclaration du Président Huchon en faveur du maintien du triage de Chelles-Vaires), du département, de RFF et de la SNCF pour la défense et le développement du site.

Ce sont là les trois exigences dont nous vous avons saisi ce jour par écrit, que nous voulions évidemment porter à la connaissance de notre conseil et bien évidemment mettre en débat.

 

Courrier des élus communistes de Marne & Chantereine au Président de la communauté d'agglomération

 

Chelles, le 28 juin 2010

Monsieur le Président,

Lors du conseil communautaire du 22 mai dernier les élus communistes ont fait trois propositions concernant le projet d'éco-quartier et l'avenir du site du triage.

  • Faire du maintien du site ferroviaire et de son activité une des données intrinsèques du projet d’éco quartier (ou nouveau quartier urbain), ce qui signifie entre autre conserver la vocation ferroviaire des terrains du triage nord.
  • Mettre en place dans le dispositif de concertation en cours un groupe de travail pour élaborer des propositions concernant le maintien et le développement de l’activité ferroviaire du site du triage en tenant compte de tous les enjeux environnementaux
  • Engager un processus de démarches et d’interventions auprès de l’Etat, de la Région, du Département, de RFF et de la SNCF pour la défense de ce site et envisager d’en faire par exemple un site expérimental pour le développement de nouvelles pratiques ferroviaires liées au fret. Nous pourrions également nous appuyer sur les démarches engagées par plusieurs maires pour le maintien de l’activité des triages situés sur leur commune.

Les réactions que notre prise de position et nos propositions ont suscitées et les déclarations récentes concernant l’avenir du fret nous amènent à les renouveler en vue du prochain conseil.

Il en est ainsi de la prise de position de la commission européenne qui étudie actuellement la nécessité de mesures nouvelles de soutien aux wagons isolés compte tenu des enjeux de protection de l'environnement et de sécurité.

Il en est de même de la réponse du Président Jean–Paul HUCHON lors du dernier conseil régional à la question orale posée par le groupe du Front de Gauche sur le devenir du fret en Ile de France qui a affirmé que pour la Région la conservation des plates formes logistiques constitue un enjeu majeur et que les triages de Valenton et de Vaires devraient être préservés. Dans ce contexte les précisions reprises par la presse de l’utilisation éventuelle par RFF des cessions du foncier des triages de Vaires et de Valenton pour financer les lignes TGV soulignent encore plus que l'abandon du triage nord irait à l'encontre de l'intérêt de l'Ile de France et de ses habitants.

Enfin vous avez pu lire comme nous que dans le cadre des projets du Grand Paris autour de la cité Descartes une plate forme logistique urbaine était envisagée sur Chelles-Vaires.

Toutes ces données confirment le besoin de maintenir le potentiel actuel d'activité du site du triage en rappelant que la suppression des emprises du triage nord arrêterait l'activité actuelle du site et compromettrait toute véritables activités ferroviaires marchandises pour la desserte de la Région et pour nourrir un site de logistique urbain.

Comme nous l'avons indiqué il ne s'agit pas de revenir au passé mais de réfléchir à l'avenir à partir de l'atout régional et local irremplaçable que constitue le site actuel.

Notre communauté d'agglomération dispose donc d'arguments et d'appuis potentiels importants pour faire avancer ce dossier.

Cela suppose bien entendu que le projet global soutenant le projet d'éco-quartier fasse l'objet, compte tenu de son impact important, d'une concertation auprès de toutes les communes, de la population et des salariés du territoire de Marne et Chantereine.

Nous souhaitons donc que nos propositions soient prises en compte dans les décisions qui seront soumises au conseil communautaire du 30 juin prochain.

Restant à votre disposition

Veuillez agréer, Monsieur le Président, nos salutations distingués

 

Les conseillers communautaires communistes

Luc DARLOY, Jean-Marc FERRAND, Frank MOULY et Gilles VIGIER

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.